La moitié obscure de la vérité

« Le progrès, ne consiste pas tant à s’élever qu’à décanter tout ce qui encombre. Tant que l’on nage avec le courant, on peut se croire bien gentil, bien propre, bien intentionné ; dès que l’on renverse l’allure, tout résiste.
on comprend alors les forces d’abrutissement qui pèsent sur les hommes. il faut avoir essayé d’en sortir pour voir.

quand le chercheur aura eu sa première ouverture désicive sur le haut, qu’il aura vu la Lumière, il sentira presque simultanément un coup de boutoir en bas. il aura appris sa première leçon : on ne peut faire un pas en haut sans faire un pas en bas.

« à chaque hauteur conquise, nous devons revenir sur nos pas pour faire redescendre l’illumination et le pouvoir nouveaux dans le mouvement mortel d’en bas », c’est à ce prix seulement que la vie se transforme, sinon nous restons à poétiser et spiritualiser sur les sommets, tandis qu’en-dessous la vieille vie cahote.

tant que nos états psychologiques seront simplement l’envers d’un autre, et notre bien l’envers du mal, il n’y a pas d’espoir que la vie se transforme. Tout est intimement lié en fait, on pourra lire dans les accidents de la vie, le signe de vastes dépressions qui font passer les hommes sur la même crête évolutive.nous sommes en route vers une aventure plus grande que nous ne l’avions pensé. il se pourrait que le secret de l’existence nous ait échappé parce que nous avons imparfaitement compris cette loi duelle de l’ombre et de la lumière, et l’énigme de notre double nature, animale et divine. nous avons vu seulement, une impitoyable lutte du Bien et du Mal, de la Vérité et du Mensonge, où il importait d’être du bon côté…

tant que nous rejetterons l’un pour l’autre, nous échouerons misérablement et nous raterons le but de l’existence ; car tout est d’une seule pièce, on ne peut rien enlever sans tout démolir.

c’est pourquoi il n’y a pas de miracle pour sauver le monde ; le miracle est déjà dans le monde. tout est là, nous vivons en plein dans le miracle, sans la clef.

car ne n’est peut-être pas quelque chose à supprimer ou quelque chose à ajouter, peut-être même pas « autre chose » à découvrir, mais la même chose, dans un autre sens.

« en fait, l’erreur est une demi-vérité qui porte un masque pour s’approcher de son but sans qu’on la voie. »
 
le chercheur verra que son Adversaire était le collaborateur le plus diligent et le plus attentif à la solidité parfaite de la réalisation, parce que chaque bataille augmente la force, et parce que chaque chute oblige à délivrer la vérité d’en bas au lieu de s’enfuir tout seuls vers des sommets stériles.

Satprem

« Sri Aurobindo ou l’aventure de la Conscience »

Une réponse à “La moitié obscure de la vérité”

  1. 9 03 2019
    Soulie Gérard (12:12:48) :

    Merci pour votre commentaire la nuit de nos enseignements ne sera toujours éclairé que par la lumière de notre compréhension et d’acceptation car dans l’unité d’un tout rien n’est un hasard ! La vie donne et reprend mais l’éternité continu. Quoi que nous pensions Gedje

Laisser un commentaire




UNION DES EVANGELISTES INTE... |
bornagain |
وَلْ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | articles religieux
| EL CORAN WA EL SUNNA
| alliancewicca